Chez Pêle-Mêle, je suis tombé sur un curieux livre, Le Roman de Violette, d’une certaine comtesse d’Escot ou quelque chose d’approchant (Marquise Mannoury d’Ectot, je viens de le tirer de mon sac). Je l’ai entamé à la terrasse du Klee : il a trente ans, elle quinze, est l’innocence incarnée ; il fait son initiation amoureuse et sexuelle… Qui est donc cette marquise au nom de roman ?

(Je lis au verso de la page-titre : « copyright 2002 Le Serpent à Plumes pour la traduction française ». Nulle part ailleurs, il est indiqué qu’il s’agit d’un texte traduit – et de quelle langue ? – et il n’y a évidemment aucune mention d’un quelconque traducteur. Le texte a paru en 1883 à Bruxelles, chez Auguste Brancart qui n’est manifestement pas un nom flamand. Renseignements pris, elle était française et aurait été l’ami de Verlaine et de Cros. Que signifie ce « traduction française » ?)

Mes lombes me font encore souffrir…

 

29 avril 2015