Nous étions cinq : Gonzague, Hermine, Léo, Éléonore et moi. Nous avons commencé en milieu d'après-midi pour nous arrêter trois heures plus tard et passer à table : mon hachis Parmentier était un peu sec. Nous y sommes retournés en début de soirée au son de multiples vieilles choses que nous dispensait le réseau via mon laptop ; à quoi sert-il à présent d’avoir une discothèque puisqu’il suffit de se connecter sur un site idoine qui sert les albums que nous désirons ab libitum ou peu s’en faut ? Évidemment ils avaient des cadeaux pour moi auxquels se sont ajoutés ceux accordés au premier. Hermine et Thierry m’ont offert le dernier Amélie que j’ai entamé après le petit déjeuner (elle écrit petit-déjeuner). Parmi les cadeaux du premier, il y avait des tiges d’encens, deux chandeliers monacaux et une série de six bougies en forme de poussins...

 

15 mars 2009