J'ai devant moi la très longue liste des fautes relevées dans la traduction de ce très ordinaire roman de Nizon, Das Jahr der Liebe, par Jean-Louis de Rambures. Je lui destinais aussi une belle lettre bien sentie. Qu'en faire ?

17 mai 1993