1948, juste après la guerre, sans doute son premier roman (autobiographique ?). Adolescent en révolte qui se trouve embringué dans la Résistance et à qui est confiée la charge de tuer le chef de la Milice. J'en suis là, à la page 80, pas décidé du tout à poursuivre. Je lis sans déplaisir, mais, à ce stade, tout porte à croire que j'irais jusqu'au bout sans la moindre surprise. Dommage, car les premières pages laissaient présager quelque chose de tout à fait autre... Style bref et cassé malgré tout attachant. Dommage...

22 octobre 1997