Suite et fin.

Note marque-pages :

Feuillet oblige : je ne puis raisonnablement pas écrire
sur le sachet d'Aspégic.
Une phrase chopée au passage :
« La littérature est la façon la plus agréable d'ignorer la vie. »
D'accord, quoique discutable puisqu'elle y puise.
Et j'ajoute : qu'on l'écrive ou qu'on la lise...

J'ôte le sachet : je n'en aurais pas besoin...

Le Portrait du Monde, c'est le portrait du journal, le portrait de la presse, portrait du progrès, du plomb, du travail, de l'homme, et enfin, faut-il l'ajouter, du monde tout entier. Contre toute attente, c'est passionnant.

Au départ, une enquête. Puis le Monde, à la veille de son déménagement et de ce qu'il va impliquer dans la vie du journal, a demandé à Noël une œuvre littéraire plutôt qu'une enquête proprement dite. C'est ce qu'il a fait. Et l'a sous-titrée : « roman ». En est-ce un ? Je pense que oui... Mais comme une enquête, il fait beaucoup parler : les gens qui y travaillent, les gens qu'il rencontre. Mais pas de visage, pas d'identité : rien que des paroles, des voix, des opinions noyées dans la masse du texte.

p. 84 : une page de trop. Oui, pourquoi cette page qui le fait verser dans une sorte d'intellectualisme essoufflé ?

p. 116 et suivantes : la révolution. Extrême justesse, propos d'une voix du Monde. Extrait : « Voyez comme les révolutions sont le contraire du progrès. Nous vivons une révolution technique, d'où le désordre social du chômage parce que, paradoxalement, les maîtres de cette métamorphose sont des révolutionnaires ne pensant que compétition et profit, alors que s'ils étaient des gens de progrès, ils sauraient qu'on n'avance pas en excluant les hommes. Le vocabulaire est si bien conditionné qu'il n'intègre pas l'idée qu'une révolution peut être réactionnaire en soi. »

p. 119 : parlant d'un type dans un bistro :
« Un homme parle haut pour s'écouter. »
Est-ce que je parle bas, vite et mal pour ne pas m'écouter
(juste m'entendre ?) ?

(Revenant comme une antienne : la nostalgie du temps du plomb où il y avait la conscience d'un véritable travail, alors qu'à présent il s'agit d'emploi – Godard dit la même chose quelque part ; et moi aussi, du reste.)

p. 133 : CGT :
« Article premier de la CGT : Il faut défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs. On a oublié les intérêts intellectuels, l'imaginaire, pour ne défendre que l'emploi et la retraite... »
Ils ne les ont pas oubliés : ils n'y ont simplement pas pensé, parce qu'eux-mêmes étaient (sont) dépourvus d'intellect et d'imaginaire...

16 septembre 1999