JOURNALS

(Notes et relevés)

Guy GRUDZIEN

(extrait)

 

On ne consigne dans un journal que ce que l'on considère comme important.
C'est donc que tout ce qui n'y apparaît pas n'en a aucune. À partir du moment où ma seule activité « créatrice » durant ces six dernières années n'a consisté qu'à l'élaboration et à la rédaction de ces journals, je peux affirmer que leur somme est très exactement l'image de ma vie durant cette période. Mieux : ma vie même. L'élément premier de cette somme (quoique dernier dans la chronologie, et c'est là une manière de clôture : ce journal sera l'ultime et l'apogée du tout) étant le
Journal amoureux II qui en est la transcription fidèle et parfaite : il n'y a que cela et rien que cela, soit : pas d'à-côté de l'écrit, de ce qui est écrit et rapporté. Écrire ce que l'on vit et vivre ce que l'on va écrire. C'est le comble total. L'écrit = la vie.