Notes :

Le Cirque. Ramuz. C'est en 1931. Ramuz écrit comme personne en 1931. Dans les dernières années du siècle passé, Bobin se met à écrire. Il dit qu'il aime Ramuz. Et il écrit en 1990 comme Ramuz écrivait en 1931. Bobin n'existe pas. Ramuz a inventé Bobin, sans le savoir, et s'en fichant. Il écrit, et c'est magnifique... Je note cette phrase : « Et le triste linge qui vous esclavage. »

 

Abandon de la culture, par Curtius.

Premier paragraphe.

 

Max Jacob, sortes de poèmes. Plaisants. Mais, p. 871 :

« On allait jadis rue de la Paix

dans un coupé

Pour nos poupons et leurs poupées

Aujourd'hui ce sont des coupons

que pour Bébé nous découpons

Quand on n'est pas trop occupé. »

Occoupé s'imposait. Dommage. Il ne l'a pas vu, pas senti.

Max Jacob n'a pas l'humour qu'il veut nous faire accroire qu'il a.

 

Brasillach : Sénèque, plus un extrait de Médée traduit par ses soins.

Il écrit à la page 882 :

« Comme chez plusieurs grands poètes, il semble qu'une doctrine révélée, un ésotérisme serve de support aux constructions scéniques. Je suis sûr que Shakespeare avait fait de l'alchimie et connaissait les traités de magie. Sénèque nous prouve par Médée que la sorcellerie n'était pas pour lui un accessoire de pacotille, et il a dû, lui aussi, se pencher avec une fièvre lucide sur des livres mystérieux et sur les oracles des prophétesses. Quel metteur en scène nous rendra ce dramaturge initié ? »

Tout cela me semble un peu hardi...

 

Voir l'incroyable histoire des « nègres », p. 982.

Pour le reste, voir fichier...

 

 

4 février 2000