p. 52 : autodafés chez Proust à sa mort !
J’avoue n’avoir jamais entendu parler de cela…

Bobin, ou comment se vérifie une fois de plus (une fois de trop) la récurrence du foin, de l’étable, de la montagne enneigée, bref : les choses simples de la vie, le village, la ? (illisible), l’homme et la nature.
C’est chez lui mais chez d’autres aussi.
(Gros, gras, gris : ce sont les premiers mots de ce court texte, hommage à (! ?) Claudel. À peine les avais-je lus que je savais qu’ils clôtureraient le texte. C’est bien ces mots qui clôturent le texte. J’ai gagné. Ce texte ne présente pas le moindre intérêt. Il en va de même pour les autres écrits, récits, poèmes, critiques : convenus, compassés, attendus. L’ensemble de ce numéro est le reflet d’une pensée à la dérive et d’une imagination au service des abysses (voir le texte de présentation de la revue au verso du carton d’abonnement qui est d’une banalité confondante).

5 septembre 1997