Je viens de l’achever. Je l’ai effectivement lu comme n’importe quel autre roman policier ordinaire, lire pour lire et attendre la résolution finale. Elle est décevante. Je vais le mettre en vente…

Je relève ce détail amusant en quatrième de couverture : il a remporté l’EDOGAWA RAMPO ou, précise l’auteur de la note « l’EDGAR du policier japonais » Qu’est-ce que l’Edgar ? En vérité, il faut lire Edgar Allen Poe transformé en jeu de mots (non, pas sûr ; je le suppose, simplement puisque des katakana ont été tiré deux mots qui ont sans doute une signification en japonais – « rampo » me dit quelque chose). Je vais chercher ce que ça signifie…

 

4 janvier 2017