J’ai vu Emmanuelle (elle a l’air épuisé, je le lui ai dit ; elle travaille plus de douze heures par jour avec juste une courte interruption pour avaler je ne sais quoi dans la pièce d’à côté), nous avons parlé de lecture, de livres. Elle m’a demandé si j’avais 1984 dans mon stock – « on dit bien un stock dans votre cas ? » –, des amis lui en avaient parlé. Il y a alors eu une confusion dans mon esprit entre Le meilleur des mondes et 1984, à ce point que j’ai été incapable de me rappeler si je l’avais lu et même de quoi il s’agissait ; je n’ai même pas su dire si j’en avais déjà vendu – exactement comme si je ne l’avais jamais eu entre les mains – alors que j’en ai vendu une dizaine, et si j’ai fait la confusion avec Le meilleur des mondes, c’est parce qu’il se trouve qu’en ce moment nous en trouvons régulièrement et les vendons le jour même. Mais de la même façon : de quoi parlait Le meilleur des mondes ? À la fin de la séance, elle a jeté un œil sur le réseau : Big Brother, bien sûr, pour l’un ; la reproduction artificielle pour l’autre… Je vais en profiter pour lui remettre l’un des miens, Le Livre, par exemple, s’il m’en reste un exemplaire (mais je ne pense pas). Il fait assez beau, je n’ai mal nulle part (pour l’instant)…

 

7 mars 2017