Romero n’a pas offert de cadeau, sauf pour son fils, mais il était bien content de recevoir les nôtres… J’ai feuilleté celui que je lui ai offert, l’éphéméride Orsenna. Je n’avais pas pu le faire à la boutique, il était dans son enveloppe transparente. J’y voyais un précis de corrections orthographiques et grammaticales, il n’en est rien. Il y parle, sous forme de jeu, d’expressions, d’étymologie, de mots anciens et rares ; la majorité de ce que j’ai vu m’était inconnu. Bref, ce n’est absolument pas du niveau de Romero, même si son français s’est nettement amélioré, je peux désormais avoir une réelle conversation avec lui… (Il aurait été beaucoup plus judicieux, de la part d’Orsenna, de s’occuper de la langue en elle-même au lieu d’encombrer les esprits de raretés sans aucune espèce d’utilité pour le commun qui massacre de plus en plus sa propre langue…)

 

27 décembre 2016