Si un livre ne résiste pas à la fatigue, au dépit, à la mélancolie,
à la déprime, à la colère, c'est qu'il s'agit d'un « mauvais » livre.
Je crois que je vais laisser tomber Céleste, comme j'ai décidé de laisser tomber
Orton...

31 août 1999