Bruxelles hier. Tome IV de La Recherche dans une édition de 1927. L'ai-je ? je n'ai même pas vérifié, et est-ce une réédition ? j'ai perdu la mémoire de ce type d'informations. Quoi qu'il en soit, à ce prix-là, je ne pouvais laisser passer...

Éléonore a troqué son exemplaire du Temps retrouvé version Folio 1976 contre celui (ceux) que je lui ai offert. Elle l'avait déposé sur la table de la cuisine pour que je le glisse dans la bibliothèque des doubles de la chambre d'amis. Je m'apprêtais à aller l'y mettre ; puis me suis ravisé en constatant, contrairement à ce que je pensais, que je ne possédais pas toute La Recherche en Folio.

Après vérification, il apparaît que l'exemplaire que je possède du Côté de Guermantes II est de 1933, c'est-à-dire postérieur à celui que j'ai trouvé hier; j'ai donc bien fait... Cet exemplaire porte des coups de crayon gris en guise de marque. En l'ouvrant au hasard, je remarque ce passage à la page 109 :

« Vouloir donner cette idée agréable aux autres d'eux-mêmes, existe à vrai dire quelquefois même dans la bourgeoisie elle-même. »

Chaque « même » est souligné d'un trait de crayon gris.

La main était-elle celle d'un instituteur ?

(Éléonore et son répertoire dans lequel elle note soigneusement au crayon gris tous les livres qu'elle possède et qui ne la quitte jamais.

Je devrais peut-être suivre son exemple...)

 

12 août 2000