Je possède déjà plusieurs numéros de cette curieuse revue « érotique » de la fin des années soixante. À chaque fois y apparaissait un nom suffisamment intéressant pour que l'achat se soit justifié. Cette fois, ç'a été le nom de Sade – pour une nouvelle extrêmement légère et passablement bêtasse qui me fait douter de son authenticité.

Pour le reste, j'y retrouve toujours le même mélange d'affligeant et de touchant.

C'est très souvent consternant de ringardise et de ridicule dans le sens d'une audace mollassonne (les « artistes » invités remportant de loin la palme).

Mais c'était en 1966. Comment était le monde à cette époque ?

Pour le reste, voir notes au feuilletage...

« Entretien sans complexe avec Antoine ».

« Carte blanche à Jodorowski »,

pour un happening furieusement daté.

« Stockholm, capitale européenne de la révolution sexuelle »,

dans la rubrique : « Notre guide international du défoulement ! ».

Quelques planches de Mati,

« artiste », dont la médiocrité et la pauvreté confinent à la vulgarité

(et il me coûte d'employer ce mot).

Quelques photographies olé-olé du début du siècle (l'autre).

Une biographie succincte de George Sand

qui là apparaît comme une épouvantable salope.