Le premier est un scénario que j'ai davantage survolé que lu
(je cherche toujours aussi désespérément le titre en français de ce film,
dont le nom en anglais m'est familier).
Le second est un oratorio. Du moins son texte. Qui ne m'a guère emballé.
Une recherche de la musique s'impose. Mais longue introduction très « intéressante »
(quand vais-je me décider à proscrire définitivement cet adjectif bâtard ?) au sujet de la violence, de la guerre, du changement du comportement humain face à l'arme, face au monde armé. Le newtonien opposé à l'einsteinein (barbare !). Mais Mc Ewan semble pourtant bouder cet axiome premier, essentiel, voire primordial : le monde est soi...
Penser à lui écrire...

11 avril 1997