Un nouvel arrivage chez Maxi-Livres me donne l'occasion, enfin, de connaître Compère, belle chose à la Manufacture dont les autres publications présentes ne sont pas moins intéressantes, j'y reviendrai... Polders, que j'ignorais être cette partie de la Flandre (le Westhoek et plus à l'est, Ostende, et Zeebrugge, peut-être), me renvoie à la Belgique, encore une fois. Il y a longtemps que l'attirance est là, et depuis quelque temps les occasions, les signes s'accumulent, se regroupent pour m'y emmener, Flandre, Wallonie, pareillement, encore que je ne connaisse pas vraiment la Wallonie, la vraie, l'authentique, mais plutôt – ce qui s'explique du fait de sa proximité –, la Flandre ; la Flandre
(mais nous y sommes aussi
 : Lille et tout le Nord jusqu'à Dunkerque)
et ces « damnés » Flamands, tant chahutés, souvent moqués, mais qui sûrement, et c'est même certain, sont extraordinaires (!).
Les Flamands, et leur langue, qu'il y a encore peu de temps, j'aurais pu (pour des raisons bêtement phonétiques, sonores) haïr, mais que de plus en plus je trouve séduisante et troublante ; et, pour tout dire
(mais sous réserves d'avoir expérimenté)
belle...
Justement. L'expérimentation. Et pour m'y aider – en attendant que je me décide à acquérir la méthode révélatrice –, quelques citations
(doux euphémisme, vu le nombre impressionnant d'icelles)
prélevées au fil de la lecture...
(Pensé tout à l'heure en « vocalisant » à voix haute et phonétisant au jugé, puisque je ne connais rien de cette langue : ce qui est peut-être le plus beau dans le flamand/néerlandais et qui ferait la différence avec l'allemand que je continue à trouver malgré tout « difficile »
(faute d'autre mot, « rebutant » étant trop fort et pas juste),
c'est le roulement du « r »
(qui va vers le Nord, la Scandinavie)
et les voyelles excessivement rondes et comme cylindriques
(c'est le mot qui me vient : cylindriques : l'effet d'une rondeur qui, hors la bouche, se projette en forme de cylindre...!)
À suivre.