Notes marque-pages :

Première impression : mal écrit (on dirait un brouillon) et/ou mal traduit. Il me paraît évident qu'un traducteur doit avoir le minimum de connaissances de sa propre langue avant de s'attaquer à celle des autres. Celui-là ne l'a pas : erreurs de syntaxe, de grammaire, de ponctuation. Style empétré (illisible !?) et gauche. Je passe l'énumération des exemples... Mais tout de même, confusion entre  « milieu » et « centre », puis entre « parvenir » et « provenir », p. 137. Conte, fable. Doux délire.
Très plaisant, mais un peu ennuyeux à force
(voir Calvino, Sheckley, ...)

17 avril 1998