Ce matin, j’ai entamé La loi du plus fort, d’une certaine Huguette Pérol (qui ferait bien de revoir son japonais, voir notes). La loi du plus fort, c’est l’ijimé ; ce texte à plusieurs voix l’illustre – et me renvoie à la discussion véhémente de l’autre soir au sujet du Japon chez Humbert et Marine, mais aussi à Youki qui, comme à son habitude début janvier, nous a fait parvenir un petit colis...