Bien entamé. Confession, témoignage de l’auteur dont je sais rien : fin de la guerre 45, réminiscences du fascisme de la fin des années trente. J’ai un peu de mal tant au niveau du style que du vocabulaire. Le passage est un peu rude après l’écriture limpide de Moravia (mais le sujet est très différent aussi). Mais ça accroche…

 

28 août 2002