Le lendemain n’a pas porté ses fruits et c’est la tête vide qu’elles se sont réunies pour la mise en œuvre du plan de bataille visant au rapt de la petite Marie.

Toute la journée, des coups de marteau ont résonné dans l’entrée, et rien, hormis des soupirs d’agacement, n’est sorti de cette réunion, si ce n’est cette conclusion que seul un petit groupe pouvait espérer mener à bien l’opération et que Diane Chasse, Clotilde Frappe et Catherine Force étaient les plus indiquées pour le constituer.