Est arrivée l’heure de descendre préparer à manger, de m’installer pour l’apéritif et une grille de mots croisés (rituel, comme un petit vieux – mais il y a longtemps que ce rituel existe – il y a donc peut-être longtemps que je suis un petit vieux), puis je suis monté jeter un œil aux ventes (un livre pour moi pour la journée, sept pour Éléonore, je ne suis pas content). Je me suis ensuite installé au salon avec le livre que je venais de pêcher dans la souffrance, Fatras de Prévert (je l’ai presqu’achevé). Après un moment, j’ai allumé la télé, c’était un hommage à Michel Delpech ; j’ai coupé le son, me suis de nouveau mis à lire, ai remis le son au générique de « On n’est pas couché » dont j’ai regardé une bonne demi-heure...