Inutile de répéter ce que j'ai déjà dit à ce sujet : la pensée même de mettre Proust en images est une hérésie. Hérésie double si l'on veut y faire apparaître Proust/le narrateur lui-même, soit, simplement le narrateur qui aurait les traits ou l'apparence de Proust. Il me semble que s'il fallait vraiment mettre la Recherche en images, la meilleure manière de présenter le narrateur (ici bêtement prénommé Marcel !) serait de l'occulter de l'image et ou, utiliser la caméra subjective, ou, beaucoup mieux, utiliser la voix off. Visconti n'a pas compris cela et, qui plus est, confie le rôle à Delon (ce qui ne peut que faire sourire quand on sait que Schlöndorff lui confie celui de Charlus – déplacé, mais, en définitive, pas si mal – voir Montesquiou) et celui de Charlus à Brando !!! Je poursuis...

Au fait, c'est avec Susi Cecchi d'Amico que Visconti a élaboré ce scénario...

À noter, demain soir, un Théma consacré à Proust, cinq heures, documentaires, et le fameux Céleste que j'ai hâte de découvrir, malgré tout...