A dream of Wessex fait partie des quelques livres que, malgré tout, j’ai rapportés de Bury St Edmunds. Rare de trouver un Priest, et je me suis empressé d’empocher celui-là qui immédiatement m’a transporté quelques années en arrière dans un décor de bord de mer du sud de l’Angleterre. Mais au lieu de l’anglais, il s’agissait du français. Était-ce le même (dont du reste j’ai oublié le titre traduit) ? Je l’ai entamé et je me retrouve bien, au 3e chapitre, dans une petite île de bord de mer et il s’agit bien du même livre. Encore qu’il s’agisse de l’unique souvenir que j’en ai conservé, souvenir marquant qui, à une autre époque, plus proche de sa lecture, n’a pas dû être étranger à la constitution du décor de La Barge. C’est en découvrant de nouveau cette ville que la chose me frappe : les similitudes sont frappantes et je me demande aujourd’hui dans quelle mesure je n’ai pas « emprunté » de la première pour la création de la seconde. Mais quand ai-je lu ce livre ? quand ai-je écrit La Barge ?

Y a-t-il véritablement eu emprunt ou n’est-ce qu’une coïncidence ?