Dernière note de mon cru, toujours liée à la folie (telle qu'elle est développée par Queneau en fin de volume) : La non-compréhension (l'état d'incompréhension) de deux personnes qui se rencontrent est l'indice de la folie de l'une d'entre elles.
La formulation est épouvantable, mais je laisse tel quel...

page 21 :
la question au lecteur. Parenthèse de Jouet qui, après avoir écrit : « Et bannie par les clercs, Queneau l'accueillera toujours, la bonne erreur... », note : « Ma dernière phrase est-elle fautive, ou la créditez-vous d'être une anacoluthe ? »... La consultation du dictionnaire au sujet du terme « anacoluthe » ne m'en dit pas davantage sur l'intérêt de cette question au lecteur ???

page 26 :
une note sur Mallarmé, et l'inévitable
ÉVOQUER employé comme à l'accoutumée en lieu et place de MENTIONNER.
Sont-ils donc si pauvres que cela, tous ?
Qui donc lèvera la faute que l'on n'en parle plus ?

page 43 :
les 13 pieds de « Où venaient par milliers s'échouer les harenceaux »
dans cet extrait des Mille millions de poèmes.
Vais-je écrire à Jouet ?