Que j'achève avec peine.
Rouaud, c'est le Goncourt premier roman d'il y a un an ou deux (Les Champs d'honneur). Que je n'ai pas lu. Celui-là est le deuxième. J'ai peine à croire qu'un tel livre puisse exister, qu'on puisse l'écrire dans un but de publication, qu'un éditeur (Minuit, en l'occurrence) puisse l'accepter... Ces souvenirs d'enfance ont un compassé et un conventionnel de vieillard. Ce que Rouaud n'est pas, d'âge j'entends. Alors ? Je ne comprends pas. Il y a là, dans cet écrit anachronique, dans ce rapport d'édition (?), quelque chose qui m'échappe...

26 octobre 1993