Je lis peu d'auteurs britanniques. Non par choix, mais parce que le hasard fait que je « tombe » souvent sur des Américains. Je demande à Susan de me conseiller quelques auteurs actuels. Elle me propose The God of small things d'Arundhati Roy. Que j'ai bien entamé. « Excellent ! » m'a-t-elle dit en parlant du livre. J'avance avec intérêt et curiosité, mais je ne goûte guère ce type de sujet, peinture d'une famille indienne (celle de l’auteur, sans doute) en Inde après la décolonisation. Mais quelques trouvailles de langage, hardiesses de style (pas toujours très heureuses et je ne suis pas étonné qu'il s'agisse de son premier livre) soutiennent mon intérêt. Ce qui me fait me demander comment l'on peut traduire un tel livre, si tant est qu'il l'ait été...

 

7 juillet 2000