J'avais préparé un autre Guitry pour aujourd'hui, Un sujet de roman. Puis ai pensé que dans la « souffrance » (c'est celle des livres que je veux parler),

il y aurait certainement (histoire de se donner l'illusion d'un désengorgement) quelque ouvrage qui ne requerrait pas trop d'attention ou qui se lirait [illisible] avec légèreté et distraction. Le premier sur lequel je suis tombé,

c'est L'Œil du monocle, de Rémy. Que je ne me souvenais pas de posséder, dont la présence là m'a un peu étonné jusqu'à ce que je prenne connaissance de la couverture sur laquelle trône Paul Meurisse en frac. Superbe !

C'était la raison de l'achat...

Je l'ai aussitôt entamé, avec rien de moins que de la surprise en découvrant un style que j'aurais pensé médiocre, bâclé...

Ç'a paru en 1962 dans la singulière collection

« Point d'interrogation » chez Hachette...