Elles ont passé tout l’été dans l’ancien réfectoire du foyer, partageant leur temps entre les travaux d’aménagement et de réfection – de ce qu’elles avaient décidé être leur lieu définitif de résidence – et la discussion et la méditation – travaillant, sous la dictée d’Honorine en personne (dont Louise est l’opportune messagère), à l’élaboration des règles d’une Guilde destinée à supplanter toutes les idéologies existantes qui, par la seule grâce de leur récente révélation, étaient irrémédiablement vouées à l’obsolescence et à la caducité, et, en définitive, à l’oubli.

Il leur a fallu pas moins de quatre mois pour mener à bien ces deux tâches, et au matin du 2 novembre ont-elles pu tout à la fois inaugurer leur nouvelle demeure et célébrer la ratification de la Guide Carmélite des Filles Élues d’Honorine (tapez 3615 : G.C.F.E.H.) dont elles étaient désormais persuadées de la survivance pour l’éternité.