Depuis je ne sais combien de temps repose sur mon second bureau Antigone de Sophocle, à lire après celui (celle) d’Anouilh. Je l’avais entamé, puis posé. Je pense que je ne le reprendrai pas et vais le remettre à sa place dans ma boutique.

Sur le marque-pages figure une note :

 

46 & « tu nous as lui » " Nerval, 7 avril

 

En ce moment même, je me demande pourquoi j’ai noté « 7 avril ». Pour Nerval, je sais, car j’ai aussitôt pensé à un poème de Nerval que Marian m’avait récité à l’époque où je lui donnais les cours de piano, et où l’emploi du verbe « luire » avec un complément d’objet direct m’avait frappé ; je le retrouve ici : « Ô le plus beau soleil qui ait jamais brillé/sur Thèbes aux Sept Portes, enfin tu nous as lui, bel œil d’un jour doré ! » Mais ça me revient à l’instant : le 7 avril doit être la date où figure la mention de cet épisode ; en effet : « Doriane est revenue, Marian m’a récité une poésie de Nerval qu’il avait apprise par cœur, pas détestable ; y figure cette bizarrerie : “ doux rayon, qui m’a lui ”. J’en ai parlé un moment, lui ai expliqué que c’était étrange dans la mesure où “ luire ” est un verbe intransitif, “ qu’est-ce que c’est ? ” “ c’est un verbe qui n’a pas de complément direct ”, il a fait les yeux ronds. » 

 

29 janvier 2015