Je teste mon nouveau Stipula (mais je crains que ce papier ne soit pas du tout adapté à cette plume et à cette encre)… Je vais devoir patienter ou ouvrir un autre cahier (j’ai essayé avec un autre papier, ça marche très bien ; celui-ci boit tout).

L’encre, l’ai-je dit, est japonaise : MURASAKI-SHIKIBU. Murasaki, bien sûr, c’est violet (Éléonore m’a dit qu’elle n’en avait rien dit à Stan qui l’avait appelée pour une idée de cadeau), je vais vérifier Shikibu (Stan me parlait de gouttes de rosée) et arrêter d’utiliser ce cahier – sans compter, comme c’est arrivé avec l’autre stylo, que le papier laisse des poils dans la plume (une plume à poil).

 

SHIKIBU est formé de deux kanji : 式部, soit SHIKI et BU, méthode, style, rite, cérémonie et tracé pour BU ; il doit y avoir une autre signification que « tracé stylé », par exemple. La marque est IROSHIZUKU ; les kanji ne figurent pas. Je les ai trouvés sur Internet : iro, la couleur et shizuku, une goutte : 色滴.

 

19 décembre 2015