Beaucoup de bruit à sa sortie : Rezvani y mentionnait certains membres de sa famille et certaines connaissances, plus ou moins notoires, et ce sous un jour pas très favorable. On parlait de calomnie, puis il a été question d'interdire purement et simplement le livre. La publication a finalement été autorisée, mais sans la mention de ces noms ; ainsi dans mon exemplaire, des blancs les remplacent. C'est ce que dit l'Avis au lecteur... Quoi qu'il en soit, ça s'annonce comme une gigantesque confession (532 pages, pas moins), et ça démarre par son enfance, comme il se doit, détails que j'ai déjà trouvés dans d'autres de ses livres. Se répéterait-il ?

6 avril 1990 (dans une lettre à Marcel)