Je ne quitte décidément pas Athènes, Rome, Carthage, Alexandrie, Antioche...
Après Salammbô (que j'ai abandonné faute de réel goût pour ce type de récit
– du moins en ce moment), j'ai commencé et achevé Thaïs...
Un Calmann-Levy de 1924 que j'ai là depuis des mois et que le navrant
L'Orme du mail
du même m'a incité à en repousser la lecture.
Roman mystique, historique. Les deux à la fois. Ça se passe au début de l'ère chrétienne,
Thaïs est une fille belle et convoitée, fille faite pour les plaisirs et l'amour,
Paphnuce est un anachorète chrétien qui va tout faire pour lui faire abandonner sa vie de dissipation et de dissolution et l'amener à l'amour divin. Ce qu'il va réussir à faire, mais pour découvrir – lui qui vit d'ascèse et d'abstinence totale – qu'il l'aimait et qu'elle avait raison en prônant la vie terrestre et ses plaisirs.
C'est habile, intelligent et plaisant,
tout cela avec un ton « d'époque » si je puis dire...

15 avril 1991