Hier, seul élément positif de la journée, m’attendait un colis : Karoo (ai-je dit que c’était Doriane qui me l’avait recommandé ?). Après le repas, je suis monté fumer (j’évite de fumer en présence du petit ; ils ne me l’ont pas demandé, je le fais de ma propre initiative, mais j’ai l’impression que ça les dérangerait) et je l’ai entamé à mon bureau, avec bien du mal, j’étais très tendu, mon cœur palpitait, j’étais oppressé. C’est à ce moment-là qu’Éléonore est montée avec le petit qui, depuis une demi-heure, ne cessait de hurler : Laura et Romero étaient à l’ATA pour un bœuf, le petit dormait ; à tout hasard, Laura avait pris le téléphone de sa mère. À peine étaient-ils partis qu’il s’est réveillé et s’est mis à hurler ; Éléonore n’a rien pu faire et m’a demandé d’appeler Laura ; boîte vocale ; alors, elle m’a demandé d’y aller ; j’y suis allé, je suis tombé sur eux en chemin : elle avait enfin pris connaissance de mon message. Je suis remonté, suis resté prostré face à l’écran avant de me décider à aller au lit. J’ai lu quelques pages de Karoo avant d’éteindre (pendant ce temps, les bruits des rongeurs résonnaient dans la pièce)…

 

6 décembre 2013