LE TABAC

(Journals)

- III -

du vingt-huitième au quarante-deuxième jour

(extrait)

 

Visite médicale, cette belle mascarade sociale : « Quoi de neuf ? » me demande-t-il. Que lui répondre ? « La santé, ça va ? » « Ça va. » « Vous fumez toujours un paquet par jour ? » « Non, justement, j’ai réduit. J’en suis à cinq. » « Paquets ? » « Non, cigarettes. » « C’est bien. Et c’est difficile ? » « Pas très. Dans l’ensemble, ça va. Mais je m’étonne tout de même de ressentir les mêmes symptômes qu’auparavant. » « C’est normal. Il faut six mois pour que le corps s’habitue. » « Et je ne suis pas sûr que réduire serve à quelque chose. » « Si, tout de même. Quoique ça serait mieux de cesser définitivement. » Puis ajoute : « Mais ne vous cassez pas la tête avec ça. Vous n’allez pas vous rendre malade pour la cigarette, tout de même !... » Son assurance, assaisonnée d’inconscience pure, m’a laissé sans voix. Mais par la suite, je me suis demandé si dans le fond il n’avait pas un tout petit peu raison : faut-il vraiment se rendre malade pour la cigarette en cessant de fumer ?