UNE APRÈS-MIDI À LA TROUSSE

 

 

*

 

Dans « terril », il y a « terre ».

Dans « crassier », il y a « crasse ».

Toujours à « crasse », je préfèrerai « terre ».

 

 

 

Trois octobre. C'est son anniversaire. Il est dix heures. Je reviens du grenier où je suis allé chercher son cadeau que j'ai déposé sur le petit fauteuil bas contre la fenêtre de son bureau. À présent, je suis assis dans le sofa jaune qui jouxte le petit fauteuil bas... Elle est dans la chambre, se prépare. Je fume ma première cigarette. J'écris...

La première chose que j'ai faite, en ouvrant les yeux, et avant même de penser à son anniversaire, c'est de tendre l'oreille. Puis je me suis levé et suis allé aux rideaux que j'ai écartés. Derrière, il y avait quelques nuages plans et diaphanes, mais derrière encore : le bleu. Alors, j'ai souri. Souri au bleu, souri au ciel ; et souri à la fée protectrice des jours d'exception...

C’est la même fée qui préside aux voyages. Les voyages, justement… Pour nos anniversaires respectifs, il est de coutume que nous nous fassions la surprise d'un voyage. J'y songeais depuis quelques mois. J'avais pensé à Prague, à l'Irlande, puis j'avais reçu cette invitation qui coïncidait avec son anniversaire. J'en avais été contrarié. Mais en même temps, j'avais pensé que les voyages ne devaient pas nécessairement porter l'empreinte de distances et de langues inconnues, et qu'en vérité, cette invite à un parcours, à une visite mystérieuse était une belle manière de voyage et qu'à ce voyage il n'était pas indigne de la convier...