Je me lève tard, travaille à la traduction jusqu’à 15 h 30, me prépare à aller chez Laurent, passe au garage chercher la Mercedes, constate le pneu avant droit à plat, passe à la caisse qui me refuse mon argent, attend le gardien, arrive chez Laurent avec une demi-heure de retard, nous répétons Imagine, puis le prélude de Chopin version Jane B. avec des paroles spéciales pour l’anniversaire de Sylvette, lui au chant, moi au piano, je m’arrête chez Match sur la route du retour, en sors avec des courses comme il se doit, mais aussi avec un Vargas dont Laurent m’avait parlé et Chiens de paille à 4 euros, rentre, fais à manger, m’installe devant la télé avec Éléonore jusqu’à minuit, emporté par la stupidité d’une émission de plateau avec Gérard Klein et Christine Bravo, monte terminer la traduction. Et voilà.

 

7 mai 2009