Parmi les livres de Robertserre, il y avait Venise, « un guide intime avec Rezvani » aux éditions Autrement. Le premier carnet ne tenait plus qu’à un fil, j’avais hésité, l’avais tout de même acheté (dix centimes). Contre toute attente, c’est un véritable guide, mais dont Rezvani ne se charge que de la présentation. Pour le reste, ce sont des adresses de bars, de restaurants, d’hôtels, musées, églises, à la suite les unes des autres. Le texte de Rezvani n’est pas inintéressant, un peu décevant tout de même (c’est sans doute une commande – et pour je ne sais quelle raison, je suis un peu étonné que Rezvani aime, ou ait aimé, Venise, ne serait-ce que par esprit de contradiction). L’ensemble, malgré ses effets de typo qui me semblent très laids (très datés), n’est pas désagréable, je vais le conserver...