Elle avait les bras croisés. De ma place, je ne la voyais qu’en buste, et de profil, ce profil au-dessus duquel, plantées dans sa chevelure sombre, ses lunettes noires faisaient comme un appareil de seconde vue destiné à capter tout ce que son propre regard n’était pas à même de percevoir. Et dans son profil, il y avait aussi son sourire, un imperceptible sourire qui disait qu’à ce moment privilégié où, devant elle, se déroulait comme un tapis une oeuvre d’art, elle était captive ; mais captive douce et indolente, et à dire vrai, consentante, qui se remettait au prestige d’une vision dont elle saluait en silence le pouvoir... Entre les doigts de sa main droite pendait un petit livret que, comme à chacun des hôtes de ce jour, Léopold lui avait remis. Elle n’en avait pas encore pris connaissance, n’en avait pas ressenti le besoin, comme ayant déjà perçu confusément que les traces qu’il recélait étaient des messages particuliers adressés uniquement à des êtres qu’elle n’avait pas encore rencontrés...