Il y a cinq ans, elle n’était pas présente sur la vedette qui nous avait emmenés au large de Dunkerque pour la rencontre avec la Sirène, amante des chapelles et des matelots, dressée sur une bouée marine qui lui fait l’honneur des cartes où désormais elle figure. Pourtant, je me dis qu’elle y était tout de même car, sur les visages qui chaque jour depuis lors se postent à la lisse des navires pour La contempler, c’est bien son admirable sourire que je vois s’inscrire et s’enchanter…

 

Journal d’un homme en mai, 1994