Elle continue :

Michel-Ange commença ce qui devait être sa dernière œuvre peinte : deux fresques pour la chapelle personnelle de Paul III au Vatican. La première, qui est une Conversion de St Paul, reproduite ci-dessus, montre le futur apôtre des Gentils sur le chemin de Damas au moment où une force surnaturelle le terrasse, tandis qu'une lumière tombe du ciel sur lui et que la voix du Christ l'interroge : Saül, Saül, pourquoi me persécutes-tu ? Dans le visage de Paul, on a souvent vu le portrait spirituel de Michel-Ange vieux. Malgré leurs dimensions relativement modestes (environ six mètres sur six mètres cinquante), ces deux fresques demandèrent à Michel-Ange un temps d'exécution plus considérable que celui du plafond de la Sixtine, d'abord à cause des exigences imposées par la construction de St Pierre et par d'autres projets contemporains, ensuite à cause de son mauvais état de santé. Mais la qualité des fresques prouve assez que le vieil homme n'avait rien perdu de son style vigoureux. Ses personnages montrent une envergure et une épaisseur plus grandes que jamais, et ses couleurs ont encore acquis de la brillance.