Ramuz, c'est selon : où il m'émerveille ou il me chagrine. Mais toujours, il me fascine : Ramuz est l'un des plus étonnants écrivains que je connaisse. Ou plus simplement : Ramuz est un écrivain... Ce qui, malheureusement, est aussi de l'avis de Bobin. Et à ce propos, les textes/lettres adressées, à une époque, à Gérard et à Martine. Gérard (Maurice) et Martine chez qui je remarque, un jour de 93, l'œil plein de fièvre et la lèvre émue :
ils venaient de découvrir Bobin. Pour ne pas être en reste et partager avec eux le vertige, je m'y penche. Et lis à la suite quatre ou cinq de ses livres. Pour clore chacune de ces lectures et en guise de retour à l'étourdissement, je leur ai adressé une série de textes/lettres qui depuis lors sont restés en leur possession. Il y a une dizaine de jours, j'ai été amené à consulter le dossier de Gérard me concernant, dossier dans lequel j'ai découvert ces textes. Je les avais complètement oubliés. Je les ai relus. Y ai découvert – et c'est vraiment une découverte car je n'avais plus le moindre souvenir de leur contenu – des passages extrêmement « intéressants ». À ce point – et j'y parle de Ramuz – que je me suis demandé si cela ne pouvait être matière à un livret.
Mais Bobin, que je ne puis plus souffrir aujourd'hui,
vaut-il la couverture d'un numéro de La Collection ?

4 juin 1997