J’ai prélevé de ma bibliothèque un de mes livres sur Venise. Qui s’intitule Venise et ses merveilles. J’ai tout de suite eu envie de rayer « ses merveilles » pour ne conserver que son nom, Venise, qui à lui seul suffit. Puis ai eu envie d’y ajouter « merveille ». Et puis, non, merveille est de trop aussi, et je lui ai substitué « la belle » pour en revenir en définitive au premier nom qui lui seul suffit. Et j’ouvre et je vois en page-titre cet autre titre Venise et ses beautés (s’agit-il du même livre ?), et puis je lis le mot de présentation de l’éditeur où se pressent tous les qualificatifs possibles et imaginables, et à eux associés : galeries, musées, monuments, palais, que je raye aussitôt, de la même façon, car au bout du compte ils n’ont pas d’importance, pas de réelle importance et pourraient même être simplement accessoires.