Mylène m’a offert deux livres dont Sukkwan Island d’un certain David Vann. J’ignorais tout des deux. Elle ne connaissait rien du premier et avait lu le second. J’ai constaté qu’il était traduit de « l’américain ». Après son départ, j’en ai lu les premières pages ; ça avait l’air d’aller. Je l’ai repris cette nuit après le départ de la compagnie, puis au lit ; c’est bien écrit et prenant. Je l’ai poursuivi ce midi, en ai lu une centaine de pages sans que rien de la traduction ne m’ait gêné.

 

16 mars 2013