Il est amusant de constater que la première page présente un homme exposé à l’orage et qui, sous la pluie, défie les éclairs…

(The Prestige tourne autour d’une machine électrique diabolique

et c’est dans des éclairs qu’il se termine…)