Horace nous a offert un dessin préparatoire d'un suspens à venir. Fanny nous a offert un livret : Andy Warhol : conversation avec/with Eddy Devolder, petite publication belge qui, on l'aura compris, est bilingue, le texte d'origine étant en français. Éléonore qui l'a lu avant moi, cette après-midi, m'a dit, consternée, qu'elle a rarement vu plus mauvaise traduction. Un bref survol m'a suffi pour acquiescer… Fin mai 1997, l'auteur rencontre Warhol à Bruxelles qu'il désire interviewer à l'aide de son Nagra. Warhol, c'est l'époque de Ma biographie de A à B, a avec lui son propre magnétophone. En guise de réponse aux questions, il tend son propre micro en ne condescendant à ouvrir la bouche que pour cette unique phrase : « Tout ce que vous pourrez dire en mon nom, j'y souscris. »

Le reste du texte, faute d'autre substance, ne consiste qu'à un brossage biographique...

(Le traducteur dit : « I will subscribe to whatever you say in my name. »

Qu'a dit réellement Warhol, l'interviewer apportant déjà sa propre traduction ?)

 

2 juin 2000