Cela fait des mois que je n’ai pas lu de SF proprement dite. Ce Watson (dont j’ai déjà lu deux romans qui quoique bien m’ont paru en-dessous de leur réputation et de celle de leur auteur – anglais d’une cinquantaine d’années, faisant partie de la mouvance de la New SF anglaise de la fin des années 60, tout comme Ballard), je l’ai acheté en solde il y a qq jours. Il est de 1975. Je le connaissais de nom (très connu dans le milieu). À tout hasard, et en me doutant que je ne le lirais pas avant des mois, je l’ai pris, au cas où l’envie de relire ce type de bouquins me reprendrait. Finalement, ce fut plus court, et j’avoue que je suis étonné et épaté, et me demande si je n’ai pas injustement mis trop vite de côté Watson.