La Renarde a regagné les étagères des « lectures en retard ».

J'ai choisi, après bien des hésitations, La Tour d'Ezra de Koestler.

Malgré tout, je l'ai pris. Ma crainte que ne se reproduisît la mésaventure d'hier s'est très vite dissipée. Mon état d'esprit était identique, mais j'ai pu lire avec infiniment plus de facilité, ce qui me laisse à penser que La Renarde n'est peut-être tout simplement pas bon.

 

4 janvier 1990 (dans une lettre à B***)