Série Noire, 19... Williams est un des grands du polar.

Il a mérité parfois cette appellation. Parfois non.

Ce livre-ci, sans prétention, reste dans les limites du bon. Ni plus ni moins.

On continue à le lire juste pour savoir ce qui va se passer et comment le narrateur

       Williams parle souvent à la première personne – va s'en sortir. C'est tout.

La traduction est bonne, ce qui est peu fréquent dans la Série Noire

       hormis quelques passages où manifestement le traducteur n'a pas compris

ce que voulait dire l'auteur.

Et nous non plus.

 

23 janvier 1990 (dans une lettre à B***)