Un jour, nous avons émis l’idée de lire un même livre ensemble. Non pas à voix haute, comme pour Shakespeare, mais chacun de notre côté, en silence. Un livre que nous n’avons pas encore lu. Susan a fait hier la sélection dans mon stock en souffrance, livres qu’elle possède et n’a pas encore lus. Il y en a une dizaine, anglais ou français. Elle m’a demandé de choisir. J’ai opté pour L’Œuvre au noir de Yourcenar…

21 novembre 1997