Culture de l' Ail

La culture de l'ail ne demande pas trop d'attention. En effet, elle s'adapte facilement à un grand nombre de climats, ce qui lui a permis de se propager rapidement (ci-contre un manuscrit du Moyen Age en France sur la récolte de l'ail). Cependant pour obtenir une récolte de qualité, on doit se plier à quelques règles simples. Récolte de l'ail au Moyen Age

frise

Choix de la variété horticole
En France, on dénombre deux variétés d'ail subdivisées chacune en variétés horticoles (ou cultivars):
AilL'ail d'automne (ou ophioscorodon)
Il tire son nom de la période où il est planté, puis récolté vers juin- juillet. Cette variété convient aux régions où l'hiver n'est pas trop rude, c'est pourquoi on le trouve dans le sud de la France. Il présente l'avantage d'avoir de plus gros caïeux (gousses). Ci dessous sont présentées les différentes variétés horticoles de l'ail d'automne et leurs caractéristiques: Ail d'automne
Variétés horticoles Caractéristiques
Messidor

- bulbes de 100 à 130 g
- caïeux de couleur ivoire
- dormance faible
- précoce, très productive
- cultivé dans le midi

Thermidrome - bulbes de 100 à 130g
- couleur ivoire et rose
- dormance faible
- bon rendement
- cultivé dans le midi
Germidour - bulbes de 100 à 140g
- couleur violet
- dormance faible
- gros rendement
- très précoce
- cultivé dans le midi
AilL'ail de printemps (ou sativum)
Planté entre décembre et mars selon le climat, et récolté courant juillet. Les têtes sont de plus petites tailles que l'ail d'automne, mais la conservation est bien supérieure chez cette variété. Ci dessous sont décrites les deux variétés horticoles et leurs caractéristiques: Ail de printemps
Variétés horticoles Caractéristiques
Fructidor

- bulbes de 40 à 60g
- couleur rosée
- dormance élevée
- récolte tardive, rendement moyen
- cultivé en Auvergne et Provence

Printanor - bulbes de 60 à 80g
- caïeux rosé pâle
- dormance élevée
- bon rendement
Sources: Chambre d'Agriculture du Nord

Choix du terrain
L'ail n'est pas très exigeant sur le type de terrain. Néanmoins, il préfère les terres légères, sablonneuses, bien irriguées, de type argilo calcaire et peu caillouteuses.
De plus, il est nécessaire de connaître les dernières cultures accueillies par la parcelle. Si de l'ail, de l'échalote, de l'oignon ou des poireaux, mais également des betteraves, de l'avoine, du maïs ou de la luzerne, furent plantés durant les 5 dernières années, ce sol n'est pas conseillé à cause des vers présents dans la terre (nématode). Par contre après des cultures de blé, de colza ou d'orge, l'ail peut se développer pleinement sans risque de maladie.

Préparation du sol
Le sol se doit d'être ameubli en profondeur (fragmentation facile de la terre) et tassé. Toutefois une terre trop fine est à proscrire. Il est conseillé de labourer le terrain sur 20-30cm pour un sol compact et sur 5-10cm pour un sol léger, ceci dès la moisson, afin d'éviter la prolifération des mauvaises herbes.
Pour une récolte de bonne qualité, le sol doit être fertilisé par:
- l'acide phosphorique: 100-150 unités à l'hectare (10000m²).
- la potasse: 150 à 200 unités à l'hectare, l'ail en est très friand
- le souffre: 80Kg à l'hectare, également très réclamé par l'ail
- l'azote: 100 à 120 unités à l'hectare.
Les apports en fumier nécessitent un fumier bien décomposé et non contaminé par des déchets d'ail.

Préparation du plan
Le plan est obtenu par l'"égoussage" des têtes, choisir les gousses de bonnes tailles pas désséchées, sans trace de coups, de mildiou ou de décoloration. Le caïeux doit être dur et bien formé.

Culture, Iére Partie | Culture, IIème partie
Menu | Historique | Vertus | Culture | Economie | L'ail d'Arleux | Recettes
Francité